5. juin, 2018

L’envers de la médaille aux JO de Pyeongchang

Il y a quelques mois que les JO de Pyeongchang se sont terminés. On se souvient du passage de l’unique athlète malgache, ou encore des cérémonies d’organisation, mais il y a de grandes et de petites histoires qui méritent d’être rappelées en parlant de ces jeux ! C’est tout de suite dans le billet de la matinale.

Bien, par quoi on commence ?

Par les disputes qui ont émaillé les jeux ! Derrière la vitrine clinquante des « JO de la paix », la boutique du Comité international olympique (CIO) a réglé quelques comptes. Sur fond d’opposition en interne à l’attitude du président Thomas Bach à l’égard de la Russie, jugée trop clémente, deux membres de l’instance : Adam Pengilly et Dick Pound ont été publiquement recadrés.

Après les disputes, il y a eu des quelques rebellions aussi !

La désignation de Mike Pence, vice-président des Etats-Unis, comme chef de la délégation américaine à Pyeongchang n’a pas été du goût des  athlètes américains. Adam Rippon, le patineur artistique, gay et défenseur de la communauté LGBT, a regretté le choix de Mike Pence qui, lorsqu’il dirigeait l’Etat de l’Indiana, avait tenté de faire passer une loi autorisant des discriminations contre les homosexuels. Le médaillé de bronze dans l’épreuve par équipes aurait déjà refusé de se rendre à la traditionnelle réception de la Maison Blanche, à son retour au pays.

Disputes, rébellions, qu’est-ce que tu nous réserves d’autres ?

Il y a eu les chansons des cheerleaders nord-coréennes. Les pom-pom girls de Pyongyang ont égayé les compétitions où leurs « héros » étaient alignés. A coups de chants et de chorégraphies millimétrées, l’escadron des 200 partisanes a suscité le malaise puis la fascination des observateurs.

Un dernier pour la route ?

On termine avec l’équipe féminine jamaïcaine de bobsleigh, qui a failli ne pas participer à la compétition sans l’aide d’un généreux brasseur qui a bien voulu leur offrir le véhicule. Malheureusement, elles n’ont pas pu renouveler l’exploit de leur compatriote masculin trente ans auparavant car elles terminent avant-dernier au classement.

Merci pour tes petites histoires, c’est « l’envers de la médaille » pourrait-on dire !