6. déc., 2018

Le nauvrage de Carlos Ghosn, patron du groupe Nissan-Renault-Mitsubishi

Tout le monde a entendu parler de Carlos Ghosn et ses démêlées avec la justice japonaise et l’enseigne Nissan ces derniers temps. On en parle ce matin dans le billet de la matinale.

Qu’est-ce qui vient en tête en premier quand on parle de Carlos Ghosn ?

On pense immédiatement au chef d'entreprise mondialement connu et reconnu. Il a été arrêté ce 19 novembre au Japon. Mais c’est vrai que ça ne nous dit rien sur ce qu’il est.

Parles-nous de ses débuts alors !

Carlos Ghosn  est né il y a 64 ans au Brésil, à Porto Velho. Il déménage rapidement au Liban, pays d'où sont originaires ses parents, notamment pour des raisons de santé. Il y suivra ses études, plus précisément au collège Notre-Dame de Jamhour, non loin de Beyrouth. Avec ses trois passeports en poche (Brésil, Liban et France) et ses sept langues parlées dont l'arabe, le portugais et le japonais, il voyage sans cesse d'un bout à l'autre de la planète pour gérer ses entreprises.

Et en tant qu’homme d’affaire ?

L’histoire de Carlos Ghosn est celle d’un self-made man qui a réussi à atteindre les plus hautes sphères. Après l’école nationale supérieure des mines de Paris, il débute sa carrière chez Michelin jusqu’à atteindre la place de numéro 2.  18 ans plus tard. Il intègre Renault en tant que directeur général adjoint et se forge alors un empire. En 1999, il forme une alliance avec Nissan et s'installe rapidement dans le siège du PDG du groupe. Il assoit également sa place dans le groupe automobile russe AvtoVAZ dont il prend la tête du conseil d’administration en 2013 puis enchaîne avec le CA de Mitsubishi.

Il semble avoir fait un parcours sans faute, d’où vient ce scandale alors ?

L'homme de 64 ans est accusé d’avoir sous-évalué de moitié sa rémunération depuis 2011 pour tromper le fisc, soit 38,8 millions d'euros non déclarés. On le soupçonne aussi "de nombreuses autres malversations, telles que l'utilisation de biens de l'entreprise à des fins personnelles". Et ce n'est pas la première fois que Carlos Ghosn joue avec le feu pour s'enrichir un peu plus. 

Qu’est-ce qui l’attend maintenant ?

il est soupçonné d’avoir dissimulé ses revenus de président du conseil d’administration de Nissan à hauteur de 5 milliards de yens entre juin 2011 et juin 2015. Il lui est reproché d’avoir fait la même chose pour les trois exercices comptables suivant, ont indiqué vendredi les quotidiens nippons Asahi Shimbun et Nikkei, soit un total de 8 milliards de yens, l’équivalent de plus de 62 millions d’euros de revenus dissimulés aux autorités financières japonaises. Evidemment, il nie tout et on attend le procès.

Eh bien, maintenant que on sait tout sur ce patron.