11. févr., 2019

La commune rurale d’Ivato

Dans le billet d’aujourd’hui, on va parler de la commune rurale d’Ivato. Cette commune est devenue un exemple en matière de développement, on découvrira ensemble ses secrets !

Pour ce qui ne connaissent pas, tu peux nous faire une petite carte d’identité de la commune ?

La commune rurale d’Ivato, c’est 11.64 km2 dont 5km2 occupé par la bani et le rfi (2 casernes militaires), Elle abrite soixante mille habitants répartis dans 6 fokontany : Mandrosoa, Tanambao, Iarivola, Ambodirano, Ankandindravola et Ivato Aéroport.

On parlait de développement, qu’est-ce qui a changé réellement ?

Les rues sont pavées, le service d’assainissement est actif, les transports en commun deviennent plus respectueux, il y a même un numéro vert pour les plaintes des habitants et cerise sur le gâteau, un compte facebook de la commune pour être plus proches des habitants.

Les habitants sont sûrement contents de ces évolutions !

Oui, ces changements leur font plaisir. Et le meilleur semble encore à venir car un grand projet de marché est en cours. En fait, c’est le marché qui est déjà là qui fera peau neuve et les habitants de la commune ainsi que ceux des alentours surtout les commerçants attendent cela avec impatience.

D’accord, mais quel est le secret de cette commune ?

Selon le maire, Hasiniaina Landry RANDRIANARISOA dit Penjy, c’est la détermination et la persévérance, mais aussi, la confiance qui règne entre le maire et ses administrés. Toujours selon lui, jouer la carte de la transparence les rends plus productifs.

Oui mais encore, concrètement, où est-ce qu’il trouve les fonds pour agir ?

Le maire étant convaincu que sa commune est le portail de Madagascar, il n’hésite pas à travailler avec les partenaires de tous bords pour que la première impression que les gens ont en arrivant à Madagascar soit la meilleure possible. C’est pour cela que la rénovation du marché n’est pas un projet communal mais présidentiel. Le maire affirme d’ailleurs que le fait de travailler avec l’Etat n’est pas une question de couleur politique, car l’important, c’est ce qui est bon pour sa commune.

Espérons que d’autres communes suivront cette voie ! ça change des conflits répétés et des mauvaises nouvelles auxquelles les journaux nous ont habitués.