18. févr., 2019

Le point sur le système éducatif et les réformes à Madagascar

Aujourd’hui, nous allons évoquer l’éducation à Madagascar.

Par où on commence ?

On commence par un petit rappel sur les changements apportés par le plan sectoriel de l’éducation (PSE), on en a déjà parlé sur nos antennes. Cette année, il n’y a pas encore beaucoup de changement, sauf sur le calendrier et le programme d’anglais qui servira de projet pilote.

D’accord, il paraît que la langue maternelle aura plus de place dans ce nouveau programme et que les écoles privées ne sont pas tellement d’accord !

Oui, et on sait qu’actuellement, il y a une grande différence de niveau entre les écoles privées et publiques. Le problème n’est pas seulement sur la langue utilisée, mais sur les investissements que le nouveau programme implique. L’Etat reste intransigeant et exige que tout le monde se mette au même rang !

Mais les parents aussi se plaignent non !

Oui, car les droits d’inscription ont augmenté à cause de ce nouveau programme. A cela, l’Etat répond que la gratuité annule la valeur de l’éducation, qu’au mieux, les parents et l’Etat se partageront les frais mais l’éducation ne sera pas gratuite ; la raison à cela est que ce nouveau programme va demander beaucoup d’effort à l’Etat donc, la priorité pour l’Etat, c’est d’abord la mise en place du PSE.

Cela ne s’annonce pas très bien on dirait, …

C’est difficile à dire, pour l’instant, on verra d’abord l’adaptation au nouveau calendrier. Et l’évolution du projet pilote. N’oublions pas que l’éducation n’est pas l’affaire d’une seule entité. Elle implique l’Etat, les parents, les élèves et le corps enseignant. Si l’on veut que la machine marche, ces quatre roues doivent fonctionner ensemble car si l’un d’eux cale, rien ne marche.

Donc, comme disent les anglais, « wait and see » ! attendons de voir la suite !