1. mars, 2019

Histoire de la mobylette

Ce matin dans le billet, nous allons parler des mobylettes, les célèbres cyclomoteurs de la marque française Motobékane.  Elles ont marqué la jeunesse de la précédente génération, on en parle tout de suite.

On évoque la moto ici donc ?

L'aventure des mobs et des scootsMotobécane/MBK aura duré près d'un siècle. Elle a été marquée par de nombreux modèles, dont certains ont connu un succès retentissant en France, au point d'entrer dans le langage courant à l'instar du frigidaire, de la carte bleu ou du walkman ! Une véritable success story qui continue à passionner plus d’un.

Rappelles- nous les débuts de cette moto !

Peu de gens se souviennent aujourd'hui de la MB1, petite moto de 175 cc conçue au tout début des années 1920 par Axel Bardin et Charles Benoît alors employés de la SICAM (Société Industrielle de Construction d’Automobiles et de Moteurs) basée à Pantin en région parisienne. La marque Motobécane que les deux "B" ont créé avec un troisième (Jules Benezech) en 1924 fait partie de l'histoire du deux-roues en France, notamment grâce à la légendaire Mobylette d'après-guerre et son modèle phare AV88 surnommé la "bleue".

Mais il y a plusieurs types de mobylette donc !

Oui, Quarante ans plus tard après la naissance de la bleue, un autre engin très différent - mais de 49 cc toujours - a marqué plusieurs générations de motards en devenir : le salutaire Booster des années 90, qui symbolise le passage de la marque française sous pavillon japonais (rachat par Yamaha) et le renouveau de "MotoBéKane".

Mais qu’est-ce qui l’a rendu si célèbre ?

La vitesse et la robustesse de ce modèle de 49 cm3 séduisent les adolescents de l’époque qui peuvent la conduire dès 14 ans. Ils l’affublent de surnoms multiples, tels que "bilette", "pétrolette", "tasse à café" ou encore "mob".Moyen de locomotion pour des milliers de jeunes, ce modèle a été le cyclomoteur le plus vendu dans le monde ! Une mobylette mythique dont la production a perduré jusqu'au début des années 1990…encore maintenant, même chez nous, il attire des passionnés, ils ont même un club, ça s’appelle, « voy moto ». Comme quoi, cette moto n’a pas encore fini de faire parler d’elle.

Mais on va devoir la laisser car il faut qu’on passe à la rubrique suivante. Merci de nous avoir parlé de cette bécane.