Blog

9. nov., 2018

3 conseils pour prévenir les courbatures

L'activité physique, le bon étirement et les échauffements appropriés préviennent l'arrivée des courbatures.

Pour moins de douleurs musculaires, pratiquer une activité physique régulière 

L’activité physique possède de nombreux bénéfices comme la prévention des risques cardiovasculaires et le renforcement du système immunitaire.

Les courbatures surviennent généralement à la suite d’une reprise d’activité ou d’un changement d’activité c’est pourquoi il est important de faire de l’exercice régulièrement et sans forcer. Pour augmenter l’intensité de son activité physique, il faut y aller progressivement, ainsi les muscles sont préparés petit à petit à l’effort et sont moins exposés aux risques de microlésions des fibres musculaires entraînant les courbatures.

A force d’être sédentaire, l’individu le ressent physiquement : il a plus de mal à se lever du canapé, il est plus essoufflé, il ressent des douleurs musculaires plus importante et c’est un phénomène normal. Avec l’âge la masse musculaire diminue, l’activité physique régulière est bénéfique car elle augmente son volume et la fortifie, favorisant également les fonctions musculaires.


Pour prévenir vos courbatures du quotidien, il n’est pas utile de vous lancer dans un marathon mais simplement de changer vos habitudes de vie. Pensez à vous déplacer à vélo ou à pied, profitez de belles ballades lorsque le temps s’y prête et évitez de maintenir la même position tout au long de la journée, comme rester assis trop longtemps dans son canapé. Se reposer c’est bien mais il est important de maintenir son corps en mouvement avec des exercices de flexions, d’extensions et d’assouplissement, le tout en douceur.

Avant de vous engager dans un quelconque exercice, entraînement ou activité physique, demandez conseil auprès de votre professionnel de santé.


Stop aux courbatures : s’étirer mais pas n’importe comment !

Effectuer des étirements en amont et en aval de l’activité physique pour favoriser l’amplitude des mouvements et la récupération musculaire est assez répandu.
Mais, contrairement aux idées reçues, s'étirer simplement avant et après l'effort ne préviendrait pas les courbatures, cela diminuerait même la performance des muscles !

Alors doit-on s’étirer ?

S’étirer à froid endommagerait  les muscles et les tendons, intégrer les étirements à l’échauffement serait une meilleure solution. Pratiqués régulièrement, comme c’est le cas pour l’activité physique, les étirements auraient  un effet bénéfique pour l’organisme dans l’amélioration des performances musculaires et dans la prévention des blessures. Les étirements doux avec mouvements seraient préférables aux étirements statiques consistants à maintenir la même position pendant quelques secondes.

Ainsi, le corps serait mieux préparé à l’effort et risquerait de moins subir les conséquences d’une reprise ou de l’intensité de l’activité physique.
 
 S’échauffer pour éviter les courbatures

Nous avons tendance à négliger l’échauffement avant d’entamer une activité physique. Et pourtant ! L’échauffement est plus que nécessaire pour préparer le corps à l’effort et le mettre dans les meilleures dispositions. Que l’on soit amateur ou professionnel, l’échauffement ne doit échapper à personne.

L’échauffement prépare le système musculaire, respiratoire et cardiovasculaire à l’exercice.  Il augmente la température du corps dilatant les vaisseaux sanguins et oxygénant les muscles ainsi favorisés dans leur articulation et leur assouplissement. Si l’activité est intense, il faudra davantage se préparer pendant l’échauffement.

Sans échauffement, la reprise ou l’intensité brutale de l’activité physique rend les muscles plus vulnérables aux risques de blessures et de courbatures.
Durant ce temps d’échauffement, il vaudrait mieux l’adapter à l’activité physique qui suivra, ainsi on effectue les mêmes mouvements mais de façon modérée  et en augmentant petit à petit leur amplitude.

Les échauffements diffèrent selon le choix et l’intensité de l’activité physique, n’hésitez pas à vous renseigner auprès d’un professionnel de santé comme un médecin du sport.

 

7. juin, 2018

Monfils : « Goffin a été bon car à Roland-Garros, il faut venir me chercher »

Le Figaro, 03/05/2018

Frustré, forcément frustré, Gaël Monfils a obtenu quatre balles de match contre Goffin, mais a dû rendre les armes...

© AFP PHOTO - Thomas SAMSON sport24

A Roland-Garros

Des regrets, des regrets, toujours des regrets. Gaël Monfils s’est procuré quatre balles de match sur le service de David Goffin, à la fin de la quatrième manche. Mais cela n’a pas suffi pour sortir un Belge pugnace, à défaut d’être toujours brillant. La magie de Roland-Garros a pourtant bien failli opérer pour la Monf’ malade, qui a dû rendre les armes après 3h58 (6-7, 6-3, 4-6, 7-5, 6-2). « Je rentre sur le terrain, même diminué, mais c'est comme si je suis à 100 %. Bizarrement, ici, j'ai cette capacité à me surpasser, à aller au-delà de la douleur. David(Goffin)  a été bon, parce qu’ici il faut venir me chercher, même si je ne suis pas bien, il faut quand même venir me chercher. Il a bien joué sur mes balles de match. Mon coup droit long de ligne était le bon coup à jouer mais il reste dans la bande du filet. Sur les autres balles de match, il m’a sorti deux superbes coup droit.» 

Sauvé par la pluie vendredi soir au milieu de la troisième manche, alors qu’il était en léger ballottage défavorable à un set partout et break contre lui, le Parisien a affiché son meilleur visage dans le troisième set. Costaud en fond de court, bien en jambes, il enflammé le Suzanne Lenglen et a pris le meilleur sur le Belge en allant chercher la troisième manche (6-4). Il a alors dominé un David Goffin contrarié par la lourdeur des frappes du Tricolore. « Forcément, l'interruption m'a beaucoup aidé. Comme j'ai dit, je suis malade, donc ça m'a fait beaucoup de bien. J’ai commencé à vraiment chuter physiquement hier. Je suis rentré aujourd'hui. J’ai réussi à bien imposer mon jeu et ma tactique. J’étais plutôt bien. A 3 -1 en ma faveur dans le quatrième j’ai une opportunité de double break. J’ai demandé beaucoup l'aide du public pour pousser, parce que je pense que c'était à ce moment qu'il fallait mettre encore un coup de collier pour pouvoir espérer s'en sortir. Mais David a été fort mentalement.»Et le match a basculé quand Monfils a laissé filer quatre balles de match au quatrième set. Le tournant de cette rencontre. 

«Quand on me dit que je vais trop vite…»

Le ton est également monté entre les deux hommes à 5-5 (A-40), quand le Français a pris un avertissement pour avoir pris trop de temps pour servir. Une sanction logique puisque Monfils, malade depuis le début du tournoi, a sur chaque point entre ses engagements, pris son temps avant de reprendre son souffle, les mains sur les genoux. Ce qui a légitimement agacé son adversaire. Monfils n’a pas aimé et l’a fait savoir à l’arbitre et à Goffin. Une partie du public français n’a pas non plus apprécié, puisqu’il a sifflé l’attitude peu fair-play du tricolore. « Je n’ai pas eu de problème avec David, a-t-il assuré en conférence de presse. C’est ma façon de récupérer. Et quand on me dit d’aller vite, ça m’énerve. Ma façon de récupérer est différente. Je me baisse tout le temps. J'aime bien m'appuyer sur mes genoux. C'est comme cela que je récupère. Ce qui m'a un peu énervé, c'est que si on me dit d'aller plus vite, je vais plus vite, et quand on me dit que je vais trop vite…».

«De temps en temps, ça ne veut pas»

Gael Monfils

Il a ensuite perdu les trois points suivants pour se faire breaker (6-5), et a encaissé dans la foulée un jeu blanc pour lâcher le quatrième set (7-5). Le début de la fin. « A 5-5, j’ai du mal à passer des premières. A 5-6, je suis un peu cramé ». Alors que le Belge retrouvera Marco Cecchinato au prochain tour, Monfils, lui, va maintenant se tourner vers la saison sur gazon : « Je m’accroche. J’espère que ça va passer. Je suis encore à la recherche de bonnes sensations. Je n’aime toujours pas le gazon mais je m’adapte pour trouver des solutions. Progressivement, je sens que cela revient. C'est sûr que c'est rageant. On a envie de gagner. De temps en temps, ça ne veut pas. C'est fini et on recommence sur quelque chose de nouveau.»